CLEVELAND > CHICAGO

Translate

  • 13 août 2015: Cleveland > Norwalk
    Distance: 95 km (Depuis le début: 1794 km)
    En partant de Cleveland, une barrière de passage à niveau se ferme juste devant moi, et en bon citoyen que je suis, je n’essaye pas de passer ni vu ni connu. Le train arrive: 5 minutes sans discontinu de wagons, incroyable de se dire qu’un train peut être aussi long. Enfin, la fin approche… Mais comme dirait Stromae: Et là tu te dis que c’est fini car pire que ça ce serait la mort, quand tu crois enfin que tu t’en sors, quand y’en a plus, eh ben y’en a encore! Eh oui, un train peut en cacher un autre…
    J’emprunte le North Coast Inland Trail, une piste cyclable qui a remplacé une voie ferrée justement, donc tout droit et tout plat pendant des kilomètres et des kilomètres… Au moins on est sûr de ne pas se perdre!
  • 14 août 2015: Norwalk > Maumee
    111 km (1905 km)
    Après une journée de routes plates et droites (le Trail devenant champêtre par endroits) avec un vent chaud de face, je suis accueilli par Smit et ses trois colocataires, tous étudiants en médecine, à l’Université de Toledo.
  • 15 août 2015: Maumee > Bryan
    90 km (1995 km)
    Autre chemin, le Wabbash Cannonball Trail, mais même concept: plat et droit jusqu’à perte de vue…
    Petite anecdote dans cette journée ennuyeuse au possible. A midi, je cherchais un endroit où prendre mon repas, sauf que, perdu dans la campagne profonde, aucune ville ni aucun parc en vue. Je vois une maison avec un jardin fort sympathique. Je crie « Il y a quelqu’un? », pas de réponse, je prends ça pour un non. Je m’installe et je mange tranquillement. Je repars et je m’aperçois au bout de 2km que j’ai oublié une bouteille d’eau… Je retourne, je prends la bouteille, et là, un chien sorti de nulle part décide que c’est le bon moment pour me courir après… Je crois que mes surrénales ont déversé assez d’adrénaline dans mon sang pour un mois, mais comme quoi c’est bien utile pour semer son prédateur!
    Morale de l’histoire: vérifier ses affaires avant de partir!…
  • 16 août 2015
    Repos
  • 17 août 2015: Bryan > Albion, IN
    88 km (2083 km)
    Je passe la barre des 2000 km au niveau de la frontière avec l’Indiana. Immédiatement la route change: toujours droit, mais pentu… A croire qu’ils se sont mis d’accord…
    Malgré un gros orage, j’arrive avec un peu d’avance à Albion. Je décide de visiter un parc indiqué sur ma carte; il s’agissait en fait d’un refuge pour animaux maltraités (cirques, combats…), le Black Pine Animal Sanctuary.
  • 18 août 2015: Albion > Potato Creek State Park
    105 km (2188 km)
    Je traverse des régions très rurales, où je croise des Amish en tenue traditionnelle. En calèche ou en vélo (surtout pas en voiture!!), ils vont faire leurs courses… dans des supermarchés typiques de l’Amérique de 2015… Contraste!
    Je passe la nuit dans le très sauvage Potato Creek State Park, sous la pluie et le vent!
  • 19 août 2015: Potato Creek State Park > Indiana Dunes State Park
    86 km (2274 km)
    En traversant la ville de La Porte, je passe le fuseau horaire: il y a désormais 7 heures de décalage avec la France.
    Je longe le lac Michigan en passant dans le quartier de Beverly Shores, où des villas magnifiques ont une vue imprenable sur les dunes et le lac.
  • 20 août 2015: Indiana Dunes State Park > Chicago, IL
    119 km (2393 km)
    Afin d’éviter la banlieue industrielle de Chicago, et notamment la ville de Gary, des pistes cyclables sont à la disposition des promeneurs. J’ai parcouru successivement: Prairie Duneland TrailOak Savannah TrailErie Lackawanna TrailWolf Lake TrailJohn Beniac GreenwayBurnham Greenway, et enfin le Lakefront Trail qui mène jusqu’au centre de Chicago. Je n’ai presque pas pris de routes « classiques », que ce soit dans l’Indiana ou une fois passé dans l’Illinois. Le prix à payer: un vent à décorner des bœufs.

< Niagara Falls – Chicago

%d blogueurs aiment cette page :