IDAHO & WASHINGTON

Translate

  • 13 octobre 2015: Missoula > Jerry Johnson Campground, ID
    Distance: 118 km (Depuis le début: 5934 km)
    Je reprends l’autoroute de la mort entre Missoula et Lolo, et je bifurque dans Lolo National Forest. Des paysages vraiment incroyables, encore une fois. Je franchis le Lolo Pass en fin d’après-midi. Ce col revêt une importance multiple: il marque la frontière entre le Montana et l’Idaho, et le passage dans la zone horaire du Pacifique (9 heures de décalage avec la France). C’est aussi par ce col que Lewis et Clark ont finalement réussi à franchir ce qu’ils ont appelé « the most terrible mountains », en parlant de la fin des Rocheuses.
    Suite à l’achat de la Louisiane (qui s’étendait de la Louisiane actuelle jusqu’au Montana) par les Etats-Unis à la France en 1803 (« Louisiana Purchase »), le Président Thomas Jefferson avait demandé aux Capitaines Meriwether Lewis et William Clark d’explorer et de cartographier ces régions, pour la plupart encore inconnues. La compagnie, formée d’une quarantaine de personnes au départ de Saint Louis en mai 1804, est nommée « Corps of Discovery ». Elle atteint le Pacifique en 1805, grâce notamment aux indications de Sacagawea, indienne Shoshone, et est de retour en 1806.
    Les routes que j’ai empruntées dans le Montana, et celles que je suivrai dans l’Idaho et le Washington sont à peu de choses près les mêmes que celles prises par la compagnie il y a plus de 200 ans. Des panneaux le rappellent tout au long de la route: « Lewis and Clark Trail ».
  • 14 octobre 2015: Jerry Johnson Campground > Kooskia
    124 km (6058 km)
    Toute la journée, je suis Lochsa River, qui grossit à mesure que l’on descend la montagne. Pour la première fois du voyage, passe la nuit sur le terrain d’une église. Cette technique est très employée par les cyclotouristes en rade de logement!
  • 15 octobre 2015: Kooskia > Clarkston, WA
    132 km (6190 km)
    La rivière, devenue Clearwater River, est vraiment superbe à suivre. Mais alors… La route est peut être une des plus dangereuse que j’ai vue depuis le début. Des camions transportant des troncs d’arbres roulent à toute vitesse, la bande d’arrêt d’urgence est quasi-inexistante, et bien sûr on se fait klaxonner car les vélos ne sont pas très bien vus…
    En plus de ça, on peut assister, comme depuis que je suis dans le Dakota du Sud, à une technique vraiment intéressante de recyclage des déchets: tu jettes tout et n’importe quoi par la fenêtre, tu attends 3000 ou 4000 ans, et hop!, ayé, plus de déchets!… Vraiment navrant…
    J’arrive à Lewiston, je franchis Snake River, et je passe dans l’Etat du Washington, à Clarkston. Lewiston et Clarkston, du nom de deux potos que vous devez commencer à connaître. 
  • 16 octobre 2015: Clarkston > Dayton
    112 km (6302 km)
    Les paysages changent radicalement: les montagnes sont loin derrière, retour dans le désert! 
  • 17 octobre 2015: Dayton > Kennewick
    105 km (6407 km)
    Des vergers longent la route jusqu’à perte de vue. J’arrive à Kennewick, qui fait en fait partie, avec Pasco et Richland d’une seule et même grosse agglomération: les « Tri-cities ».
  • 18 octobre 2015
    Repos
  • 19 octobre 2015: Kennewick > Roosevelt
    122 km (6529 km)
    Journée « énervement maximal »…
    Après avoir changé la pile de mon compteur hier, je m’aperçois que celui-ci ne marche pas. Je comprends après réflexion que j’ai mal refermé le petit couvercle et qu’il y a un faux contact. Perdre du temps pour rien de bon matin, c’est insupportable…
    Je suis les indications de Google Maps: prendre une route parallèle à l’Interstate 82, une « freeway » (« autoroute », au sens où on l’entend en France, une « highway » est plutôt une grosse nationale). Au bout, la route devient non pavée avec un panneau indiquant que celle-ci est privée et appartient à une compagnie agricole. Je regarde sur ma carte, heureusement il y a une autre route de l’autre côté de la freeway. Encore ratée, elle appartient à la même compagnie. N’ayant pas trop le choix, je m’y engage. Au bout d’un moment, une voiture m’arrête et me demande de faire demi-tour et de prendre la freeway. « Nous sommes en train d’appliquer des pesticides, nous ne voulons pas qu’il arrive de « mauvaises choses ». Ah ouais sérieux, quand tu mets des pesticides il se passe des trucs pas cool? Eh ben t’as raison, continue à en mettre. Surtout qu’avec le vent qu’il y a dans cette région, tout le monde finit par les respirer.
    Je vais sur l’autoroute, et là, crevaison! Aaaaaarrrgh!
    Je rejoints enfin Columbia River, « capitale mondiale de la planche à voile » selon pas mal de gens croisés sur la route, bordée sur les deux rives par des champs d’éoliennes.  
  • 20 octobre 2015: Roosevelt > Hood River, OR
    119 km (6648 km)
    Je « descends » la rivière à travers des paysages désertiques. Enfin, façon de parler, car les rives sont en fait une succession interminable de collines. Je décide de rester du côté Washington jusqu’à White Salmon, puis de traverser. Sauf que le pont est interdit aux vélos… J’y suis passé quand même, mais une fois dessus, on comprends mieux pourquoi: étroit, trafic, chaussée en grilles de métal… J’entre dans l’Oregon.
  • 21 octobre 2015: Hood River > Portland
    113 km (6761 km)
    Une journée magnifique!
    On suit la rivière à travers une forêt, sur l’Historic Columbia River Highway. Sur un tronçon de 10 km, tous les 1,5 km, on peut voir une chute d’eau, notamment la célèbre Multnomah Falls (enfin, 5 minutes avant, je ne la connaissais pas, donc pas si célèbre que ça).
    Seul bémol: j’ai commencé la journée sur une freeway (pas le choix, épisode 46), et encore une fois, j’ai crevé… Malédiction de l’autoroute!

< Mount Rushmore – Yellowstone National Park – Oregon

%d blogueurs aiment cette page :